topblog Ivoire blogs

31/03/2018

LUCARNE SUR UN ÉCRIVAIN IVOIRIEN

Lucarne sur un écrivain ivoirien (1) : ISAÏE BITON KOULIBALY ou à l’image du dragon Asiatique !

3838176-5759084.jpg


ISAÏE BITON … ! Quelle effluve savoureuse transportée dans le subconscient de ses lecteurs ! C’est un peu comme un palais enchanteur ! Vous pouvez imaginer ! Voilà un écrivain qui est arrivé à imposer sa gamme, son style à un lectorat qui y trouve son plaisir, son bonheur.
La démarche heuristique, pour ne pas dire visionnaire de l’écriture Bitonnienne, se trouve certainement dans la psyché de l’écrivain lui-même, dans le reflet du dragon Asiatique. Oui, il faudrait aller interroger cette écriture qui touche à la « méta-structure » de la société ivoirienne comme des strates , des « micro-couches » qui ont cette particularité là d’ éveiller les fibres émotionnelles de son lectorat et ,surtout ,son lectorat féminin au prisme de ce que l’écrivain nomme sa trinité ( politique , religion et femme).
La femme ? Ne vous méprenez pas ! L’écriture Bitonnienne va bel et bien au-delà du troisième point de sa trinité. Et c’est là, l’erreur somme toute fratricide que bien des puristes de la littérature ivoirienne avaient commit. C’est donc une joie pour nous d’avoir été l’un de ceux qui ont écrit un article « Hommage à ISAÏE BITON KOULIBALY » pour interroger même l’essence de cette écriture qui mérite une place d’honneur aux travaux de réflexions scientifiques. Autant vous dire que les choses ont commencé à évoluer au niveau de la sphère universitaire ivoirienne et c’est de bon gré, c’est tout naturellement une logique.
Pourquoi et comment intégré l’écriture Bitonnienne à la sphère universitaire ivoirienne ? Est-elle une écriture en marge des canons régis par la sphère universitaire ?
Voilà deux questions intelligentes !
Commençons par la seconde, la plus brillante.
La prolixité et la constante de cet écrivain ivoirien est tributaire, à notre avis, du dynamisme et à la jeunesse de la population ivoirienne- je veux dire la jeunesse au niveau du mental, de l’économie, de l’éducation etc. ; je pense que cela est philosophiquement correcte que l’univers de cet écrivain ivoirien est sous-tendu par une peinture réaliste de la société ivoirienne dont la danse endiablée, envoûtante se nomme les rumeurs sociales.
Le deuxième sous point de cette interrogation est sans doute la littérature ivoirienne qui est jeune. Et c’est encore philosophiquement correcte qu’elle évolue par étape, par temps fort - c’est tout en son honneur ! Mais pour apporter du crédit à ce niveau de notre analyse, donnons d’abord ce que la sphère universitaire entend par littérature ou écriture en marge ; puis nous scannerons l’actualité littéraire de notre pays que nous observons, suivons minutieusement de seconde en seconde, de minutes en minutes, d’heure en heure…
Eh bien, ce que les puristes de la chose universitaire entendent par littérature ou écriture en marge se trouve en deux catégories : le fond et la forme. Dans le fond, il s’agit d’une littérature ou d’une écriture qui donne pleinement place aux thèmes comme la politique…. Et, surtout, elle intègre l’imagination, l’inspiration et la réflexion. Quant à la forme, elle donne place à l’esthétique. Dès lors, une telle écriture qui ne respecte pas ces principes est taxée d’écriture en marge donc synonyme de rejet par les institutions littéraires. D’où tout livre suspecté de forte vente est taxé de littérature ou d’écriture en marge.
Pour revenir à l’actualité littéraire ivoirienne que nous avons énoncée supra, nous ne passerons pas sous silence le cas de l’écrivaine Fatou Fanny Cissé dont le livre « Une femme pour deux hommes » édité par la maison d’édition NEI à connu en moins d’un mois une rupture de stock. Suspicion ? Doute ?...
Quant à la première question, nous pouvons dire que l’écriture Bitonnienne a fait ses preuves à l’extérieur ; ces deux livres : Et pourtant elle pleurait et la bête noire sont édités dans des langues étrangères. Mieux, dans une sphère littéraire comme le Gabon un travail universitaire (une thèse de doctorat) est consacré sur ses œuvres. Oui, ISAÏE BITON est à l’image du dragon Asiatique !
Oui, il faudrait comme le disait Henri N’koumo (lors de la dédicace du dernier livre de l’auteur en date « Le jour de demain»), directeur du livre au ministère de la culture et de la francophonie, organiser un colloque pour interroger l’écriture de ce dragon des lettres ivoirienne !
Mais il faudrait qu’il ne soit pas un simple vœu émis par le directeur du livre ; il ne faudrait pas que ce vœu reste dans les tiroirs – il faudrait sans trop hésiter (commençant par « l’émetteur » lui-même) le mettre en action sur le terrain et le rendre dynamique !

Immac Adokan Kouadio, Ecrivain

DEDICACE

Ce lundi 02 avril 2018, je fais la dédicace de mon livre à Cap Nord (Rivera) de 10h à 17h.29745504_10216572068763569_1188829283_n.jpg

29/08/2017

CONCOURS ADORAS : LES PLUS BELLES LETTRES D'AMOUR 2018.

Règlement du concours

I. Présentation du texte

1. Format de la page : A4
2. Police de caractère : Times New Roman
3. Taille de caractère : corps 13
4. Interligne : 1,15
5. Nombre d’exemplaires à envoyer : 05
6. Présentation du manuscrit :
– Les lettres d’amour doivent avoir au maximum 07 pages et au minimum 05
pages saisies. Elles doivent être simples, émouvantes et accessibles à la
compréhension de tous.
– Les lettres doivent avoir un titre.

II.Présentation des feuillets
- Recto uniquement
- Pages agrafées
- Pages numérotées

III. Présentation de l’auteur sur la dernière page agrafée au manuscrit
– Nom et prénoms
– Pseudonyme (non obligatoire)
– Adresse complète
– Contacts téléphoniques
– Adresse électronique

IV. Divers
– La participation au concours est gratuite
– Début du concours : le 13 mars 2017
– Date limite de réception des œuvres : le 31 août 2017
– Les candidats ne peuvent présenter qu’une seule œuvre pour le concours.
– Lieu de dépôt des œuvres :
Vous pouvez faire parvenir vos lettres à l’adresse suivante ou les déposer
personnellement au service courrier des NEI-CEDA
NEI-CEDA : 01 BP 1818 ABIDJAN 01 (RÉPUBLIQUE DE CÔTE
D’IVOIRE) TÉL : (225) 21.21.64.70/ FAX : 21.21.64.86
E-mail : fpolneau@nei-ceda.com

Concours
Saint Valentin 2018
Les plus belles lettres
d’amour
5 e Edition
La cinquième édition du concours des plus belles
lettres d’amour est ouverte depuis le 13 mars 2O17.
Un spécial ADORAS sera édité pour la St Valentin 2018
où les 10 meilleures lettres d’amour seront éditées et
primées. Les candidats auront le choix entre 4 thèmes.

1er Thème

Voilà des années que ma femme a cessé d’être attentionnée à mon égard.
Les mots aimables ne font plus partie de son vocabulaire. Elle néglige son
foyer, son mari et ses enfants. Ce sont ses amies qui occupent toutes ses
pensées et son temps. Je profite de la Saint Valentin pour lui exprimer toute
la peine que je ressens, toutes les questions que je me pose et la dangerosité
de cette attitude pour notre avenir commun.

2e Thème

Ce n’est pas sans appréhensions que je vais quitter le cercle des
célibataires pour convoler en justes noces avec ma dulcinée. La fête
de la Saint Valentin m’offre l’occasion de lui renouveler mon amour
et par la même occasion lui dire tout ce que j’attends d’un mariage
réussi.

3e Thème

J’ai découvert que mon époux m’était infidèle. Il m’a demandé
pardon et m’a fait des promesses. Tout dans son comportement me
montre qu’il regrette. Le problème est à mon niveau. Je n’arrive pas
à lui pardonner cette incartade et j’en souffre énormément. Je lui
écris une lettre où je lui exprime tous mes sentiments.

4e Thème

Je suis tombée amoureuse d’un homme divorcé qui vit avec ses
deux petites filles. Leur mère est toujours en contact avec lui pour
un oui pour un non. Les filles ne sont pas affectueuses malgré
toutes mes approches. Il vient de me demander en mariage et j’ai
peur de cette situation. Dans une lettre d’amour, je lui exprime mes
appréhensions.

Ouverture du concours : le 13 mars 2017
Clôture du concours : le 31 août 2017
Lieu de dépôt des œuvres :
01 BP 1818 ABIDJAN 01
(RÉPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE)
TÉL : (225) 21.21.64.70/ FAX : 21.21.64.86
E-mail : fpolneau@nei-ceda.com

Adoras, quand la lecture devient